Colloque « Causes sexuelles : sexualités et mobilisations collectives », Lausanne, 5-6-7 juin 2014

Romain Carnac, doctorant au GSRL, participera au colloque « Causes sexuelles : sexualités et mobilisations collectives », organisé le 5, 6 et 7 juin 2014 à l’Université de Lausanne par le CRAPUL, le CEG LIEGE et le GT07 de l’AISLF.

Capture d’écran 2014-05-26 à 20.03.16

Il présentera une communication sur : « Les conséquences internes de l’engagement de l’Église catholique de France dans la ‘controverse du genre’ : remobilisation et division »

Le programme du colloque est consultable ici.

Colloque des doctorants 2014

Les doctorants du GSRL organisent un colloque les 22 et 23 mai 2014.

Affiche

Le programme est accessible en cliquant sur le lien ci-dessous :

Les autorités religieuses face aux questions de genre

Romain Carnac: « L’Eglise face à la problématique de ‘genre' »

La séance d’octobre du Séminaire des doctorants du GSRL fut l’occasion d’écouter Romain Carnac, qui engage sa quatrième année. Il nous a présenté le récent agencement de son plan de thèse, reflet d’une troisième évolution de son sujet de recherche, intitulé « L’Eglise face à la problématique de ‘genre’. Emergence, construction et diffusion du discours catholique sur les identités et les rôles de sexe (1968-2013) ». Après avoir introduit « la question du genre » comme « l’un des axes principaux du discours de l’Eglise catholique aujourd’hui », notamment en France où l’institution, agente principale d’une « contre-révolution sexuelle », affiche son anti-modernisme sexuel, Romain nous a précisé s’intéresser au genre comme « objet de controverse », sujet d’un « dialogue ininterrompu entre la pensée féministe et l’Eglise » dont il se donne à penser l’histoire, en trois étapes.

Un premier temps a été consacré à la construction du discours catholique sur ce thème, depuis la fin des années 1960 en France. Le surgissement au premier plan des thématiques de l’avortement et de la contraception radicalise l’opposition entre les mouvements féministes et l’Eglise, qui déplore la dissociation entre sexualité et procréation. Tout au long des années 1970 et 1980, l’institution n’a de cesse que d’affirmer l’existence d’une différence et d’une complémentarité entre les sexes à travers des discours sur l’homosexualité (dont la condamnation est renouvelée), la signification chrétienne du mariage ou le ‘génie de la femme’ (Jean-Paul II). Avec l’adoption du PACS et l’acceptation grandissante du « genre », la décennie suivante, l’autorité pontificale s’inquiète de plus en plus de ce terme et de ce qu’il recouvre en y voyant ‘une menace pour l’avenir de l’humanité’ (Benoît XVI, 2013) : elle appelle à une « écologie humaine » qui a pour mission la protection de la nature humaine, et des personnes les plus fragiles. A travers cette chronologie, Romain nous montre que le discours catholique s’accompagne d’un « engagement croissant dans le débat public », en parallèle d’un « éloignement continu » d’avec les positions de la plus grande partie des Français.

Dans un deuxième temps, c’est la réception du discours ecclésial et ses effets, identifiés comme des « ruptures et alliances », qui ont été présentés. Sur cette période et plus encore aujourd’hui, le catholicisme français est « éclaté », de nombreux fidèles prennent leurs distances vis-à-vis de la doctrine, au point pour certains de se désaffilier. D’autres persistent cependant à rester dans l’Église, en essayant de faire entendre leur opposition par le biais d’associations, de pétitions ou d’Internet, constituant, de fait, des « pôles d’autorité concurrents ». La « question du genre » a aussi eu pour effet, en plaçant les catholiques en situation de « minorité », de renforcer la cohésion entre ceux qui suivent la ligne du Vatican, le sentiment identitaire et l’unanimisme au niveau paroissial et épiscopal. Les autorités comme les fidèles s’associent à d’autres religions, dont le protestantisme à partir des années 1990, et plus tard, les cultes orthodoxes, juifs et musulmans, malgré des désaccords persistants. L’Eglise convoite aussi les « hommes de bonne volonté » non-croyants, en s’appuyant sur des arguments rationnels et des travaux scientifiques choisis. De manière plus surprenante, l’institution refuse toute alliance avec les partis politiques français qui tente de s’en rapprocher, et préfère se constituer en opposition métapolitique.

Enfin, Romain nous a présenté de manière synthétique le « palimpseste » politique de l’Eglise catholique : sous la critique du genre, celle de la démocratie et du libéralisme contemporains. En effet, l’autorité catholique s’oppose au principe d’autonomie ou de liberté à prétention totale de l’individu, ainsi qu’à « l’idée selon laquelle le critère de validité des normes serait le respect des procédures de délibération qui ont conduit à leur élaboration ». Ce sont les deux points cruciaux de la politique catholique qui restent pour le moins cachés derrière les arguments propres à la « controverse du genre ». Au final, en investissant le débat public, l’Eglise s’est donné les moyens, et de multiples occasions, de « se positionner comme un acteur de premier plan au sein du mouvement global de contestation qui traverse aujourd’hui les sociétés industrielles avancées ».