Compte-rendu de l’intervention d’Ana Petrache sur « Les catholiques français et le marxisme, le projet intellectuel de Gaston Fessard, SJ »

Léo Botton (CARE ; EHESS; Labex hastec) nous propose gentillement ce compte-rendu/portrait de la figure de Gaston Fessard :

Intervention d’Ana Petrache au séminaire des doctorants du GSRL le 15 11

« Les catholiques français et le marxisme, le projet intellectuel de Gaston Fessard »

Fessard entre dans la compagnie de Jésus en 1913. Il étudie le droit et la philosophie à l’aube des années 1920. Il suit une formation théologique à Fourvières, est rédacteur de la revue Etudes et participe à la revue Recherches en Sciences religieuses.

En 1937, un an après « l’appel de la main tendue » de Maurice Thorez qui invitait les catholiques à rejoindre les rangs du Parti Communiste, Fessard cherche à offrir une réponse intellectuelle au projet de Marx.

Il s’impose alors comme un critique du communisme qu’il assimile, comme le nazisme, à une « religion séculière ». Selon ses conceptions, le projet du marxisme est de remplacer le rapport d’unité entre l’homme et dieu propre au christianisme par un rapport d’unité entre l’homme et le monde.

Ces textes « France, prends garde de perdre ton âme » et « France, prends garde de perdre ta liberté », en 1945, reçoivent pourtant un mauvais accueil au sein de l’Eglise, comme au sein de la société, son parallélisme entre le communisme et le nazisme était mal accepté.

Sa production intellectuelle se caractérise égalise par ses prises de position contre le courant des chrétiens progressistes – figures d’Henri Desroches, Lacroix, Emmanuel Mounier –

Dans les années 1960, il critiquera également une partie de la hiérarchie catholique qui reprendrait, selon lui, en partie le discours de la gauche marxiste pour promouvoir « une lutte de classes sans haine ».

Sa pensée cherche à introduire le concept de « religion politique » pour critiquer les systèmes totalitaristes. Ainsi il s’efforcera à retrouver les racines philosophiques et supposées théologiques de ces systèmes de pensée politique.

Par exemple, il cherchera à mettre à jour pourquoi certains catholiques furent intéressés par le marxisme « contre Rome ». Sa réponse consistera principalement à retrouver dans la pensée de Marx, il travailla principalement sur les textes du jeune Marx au détriment de l’œuvre plus tardive du Capital, des « structures théologiques ».

A ce titre, sa découverte des textes originaux de Hegel dans les années 1930 alors qu’ils n’étaient pas encore parvenus dans les milieux philosophiques français, lui feront forte impression. Il travailla ainsi à une traduction française de la Phénoménologie de l’Esprit.  La dialectique hégélienne marquera dorénavant son œuvre d’une empreinte indélébile.

A cette formation philosophique hégélienne, viendront s’ajouter des lectures attentives des textes pauliniens et ignatiens.

Cette triple source viendra alimenter ses conceptions qui déboucheront sur une philosophie de l’histoire marquée par une complexe intrication entre histoire naturelle – guidée par les rapports maître/esclave -, histoire naturelle – homme/femme – et histoire surnaturelle – païen/ juif, à considérer comme des idéaux-type-.

Une des originalités de sa pensée sera également de chercher à constituer une « théorie de l’acte libre » à partir du texte ignatien des Exercices spirituels. Il publiera un immense commentaire philosophique des Exercices de saint Ignace de Loyola en trois volumes intitulé, La dialectique des Exercices spirituels.

Il se demandera notamment si il serait possible de proposer une direction de conscience politique du catholique à travers une lecture très personnelle des Exercices spirituels.

Nous pourrions retenir principalement de Gaston Fessard, au delà de son engagement politique certain, sa vision dialectique de l’histoire qui, comme la pensée, s’organiserait selon une structure trinitaire, et donc théologique selon lui. Ainsi, Ana Petrache s’interroge sur la pertinence de garder le souvenir de Gaston Fessard comme celui d’un « chrétien de rite dialectique ? ».

Léo Botton.