Publication « La construction de la sainteté dans la Chine moderne : la vie du maître bouddhiste Xuyun“

1507-1

La Thèse de Daniela Campo, post-doctorante au GSRL a été publiée. Elle porte sur la construction de la sainteté dans la Chine moderne.

« Comment devient-on un saint dans la Chine moderne? »

Cette interrogation représente le point de départ d’une enquête biographique sur le maître du bouddhisme chinois le plus révéré de l’époque moderne, Xuyun (« Nuage vide », env. 1864-1959): une enquête qui se fonde entièrement sur la tension entre historiographie et hagiographie.

À l’aide de documents historiques et des témoignages de ses disciples, sont retracées ici la vie de cet éminent abbé entre la fin de l’empire chinois et la première décade de l’ère maoïste, ainsi que la genèse de son mythe religieux. Ascète et faiseur de miracles, maître éveillé et abbé éminent, personnage autoritaire et martyr: du récit de la vie de Xuyun se dégage une représentation concrète de la façon dont vivaient les communautés bouddhiques chinoises à cette époque et de la manière dont elles réagissaient aux changements politiques et sociaux. Il émerge surtout le climat d’une époque inquiète, marquée comme elle l’est depuis plus d’un siècle par la tension entre l’héritage de la tradition et les aspirations de la modernité. Outre l’histoire de la vie de Xuyun, c’est aussi l’histoire du récit de cette vie qui est retracée ici – et de l’enquête qui a conduit à déconstruire la biographie religieuse de ce personnage avant de reconstruire sa biographie historique. Ce livre est aussi une histoire sur la façon dont on écrit, et l’on réécrit, l’histoire.

Historienne et sinologue, Daniela Campo est docteur en « Histoire des religions » à l’École Pratique des Hautes Études et membre de l’équipe GSRL (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités). Ses recherches portent sur l’histoire du bouddhisme chinois, et de ses élites religieuses et laïques, à l’époque moderne.

Pour plus d’info : http://www.lesbelleslettres.com/livre/?GCOI=22510100617240&

Publication de l’ouvrage collectif “Normes religieuses et genre »

9782200285562FS

La thématique « Genre et religion » est au cœur d’une actualité brûlante quel que soit le contexte confessionnel, que ce soit en lien avec la question du mariage des personnes de même sexe, de la PMA ou de l’avortement, ou encore la question des statuts personnels et des interdits sexuels dans différents pays musulmans. Cet ouvrage est issu du colloque « Normes religieuses à l’épreuve des mutations de genre, 19e-21e siècles », qui s’est déroulé les 30 et 31 mai 2012 à Paris sous la direction de Florence Rochefort et Maria Eleonora Sanna avec le concours du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités).

Sommaire:

I. Normes religieuses, Genre et Sexualités. Résistances et adaptations
II. Recomposition des normes. Stratégies des acteurs et mobilisations collectives
III. Genre et enjeux politico-religieux

http://www.armand-colin.com/livre/479575/normes-religieuses-et-genre.php

Cet ouvrage est issu du colloque « Normes religieuses à l’épreuve des mutations de genre (XIXe-XXe siècle) » organisé par le GSRL à Paris le 30 et 31 mai 2012, avec l’aide du CNRS, de l’EPHE et de la Ville de Paris, sous la direction de Florence Rochefort et Maria Eleonora Sanna. Pour consulter le programme du colloque: Colloque Normes religieuses

 

 

 

Présentation de Mathieu Gervais « Histoire et sources de l’imaginaire paysan dans la pensée écologiste »

Séminaire des doctorants du GSRL – Séance du 20/9/2013

Compte rendu de la présentation de Mathieu Gervais, doctorant en 4ème année sous la direction de Philippe Portier.

Mathieu prépare une thèse sur l’engagement paysan en faveur de l’écologie, à partir d’une enquête de terrain sur les paysans français contemporains et d’une recherche sur l’histoire de l’imaginaire et des configurations idéologiques que la paysannerie recouvre dans la pensée écologiste. Prenant « l’écologie comme dernière fille d’un courant critique de la modernité » Mathieu souhaite à la fois saisir la manière dont elle s’incarne dans une population contemporaine (les paysans écologistes français) que retracer les discours développés sur eux dans l’histoire de la pensée politique. Laissant de côté l’observation et l’analyse des pratiques des paysans qui se trouve dans la deuxième partie de sa thèse, il a choisi de nous présenter ici les premiers déroulements contenus dans sa première partie. Reconstruisant le passé de l’histoire paysanne, Mathieu nous a demandé d’être attentifs à la clarté du propos et au fil qu’il cherche à tisser entre sa population d’enquête et le passé à laquelle elle se rattache : marque-t-elle « fidélité à une lignée (réelle ou imaginée) d’agriculteurs-paysans » ?

Dans l’heure et demi de temps de son exposé, Mathieu s’est donc concentré sur l’histoire et les sources de la figure du paysan et de la paysannerie : les réflexions politiques et philosophiques des auteurs qui l’ont écrite s’entrelacent aux évènements sociaux successifs. Plusieurs mythologies, discours, imaginaires se succèdent. Les voici résumés schématiquement.

Fin du XIXe siècle et jusqu’à la seconde guerre mondiale, la paysannerie se pense et est pensée dans le mythe de la « nation paysanne » qui se fonde sur un « consensus agrarien » : pour les catholiques comme pour les républicains, le paysan incarne une figure d’ordre et de moralité, par opposition à celle de l’ouvrier. Ancré dans son terroir, travailleur docile ou dévot discipliné, le paysan est au service du dessin de la Nation ou de celui de la Foi. Les revendications paysannes se déclinent dès lors autour de la recherche d’unité et de stabilité, voire de préservation face à un modèle urbano-industriel qui est rejeté. Aux marges de ce consensus, émergent également des versions hétérodoxes de cette conception du paysan « figure de fidélité et d’ordre » (à la fois dans les cercles d’obédience religieuse que dans ceux d’obédience laïque/nationaliste).

Avec la deuxième guerre mondiale, suite à la défaite de la France et sous le gouvernement de Vichy, les discours sur la paysannerie développent l’idéologie du « retour à la terre ». Ce « régime de vérité » est basé sur une vision conservatrice ; vision centrée sur le travail de la Terre comme « cure morale », elle hausse la figure du paysan et du monde rural à un idéal de vie où se conjugue satisfaction des besoins alimentaires à ceux spirituels.

Les années 40 annoncent le début d’une rupture dans le « consensus agrarien ». Elle se marque d’une part dans des transformations profondes dans l’organisation du travail paysan et du contexte économique (en dehors du champ agricole), et d’autre part dans les discours autour de la fin de la « nation paysanne ». Des notions nouvelles heurtent et questionnent à nouveaux frais le consensus antilibéral de la période précédente : le « progrès » (économique/social/moral), l’économie de marché (entrepreneuriale/industrielle), la production (planifiée/coopérative), etc… Plusieurs modèles politiques et idéologiques prennent ainsi forme et repensent les conditions de l’autonomie du paysan par rapport aux contraintes (la nature, le travail, la technique) à l’intérieur d’un paradigme économique renouvelé. Ce foisonnement d’approches et d’ « écoles de pensée », que Mathieu replace à chaque fois dans leur contexte d’émergence, débouche sur des modèles d’organisations du système agraires différents et parfois opposés (corporatisme, capitalisme, planisme, communisme, coopérativisme, etc…) : la figure du paysan, jadis unitaire, s’en trouve floutée.

Elle reprend force dans les années 60, époque où des réformes et des désaccords au sein du syndicalisme paysan vont de pair avec l’éclatement du « compromis personnaliste » dominant dans le camp progressiste (c’est-à-dire l’idée selon laquelle le progrès technique est au service du progrès humain). La détérioration des conditions des travailleurs paysans (endettement sans augmentation des revenus, libéralisation des marchés) des décennies 60-70 accentue les dissensions entre une tendance réformiste et une autre, révolutionnaire et marxiste. La figure du paysan est reconduite : le paysan-travailleur, qui est du « bon côté de la lutte des classes », se démarque dans cette nouvelle lecture par opposition au courant qui l’engloutit dans la course effrénée au progrès. De plus, le progrès humain (social) et l’idéal humaniste (voire chrétien) ne sont pas évacués pour autant : grâce à l’analyse marxiste le changement de société, couplé à un changement moral, devient possible. Dans cette pensée d’alliage catho-marxiste qui récuse le réformisme, le travailleur-paysan n’est plus opposé au citadin ou à l’ouvrier, mais au capitalisme. Enfin, une spécificité de « l’être paysan » subsiste et le distingue par rapport aux autres travailleurs : l’agriculture est dictée par des rythmes différents (naturels/surnaturels ?) qui rendent son activité incommensurable et incompatible avec ceux de l’industrie.

En conclusion, l’imaginaire du paysan navigue dans plusieurs univers sémantiques et politiques, qui se succèdent et s’entrelacent. Antilibéral, le paysan est fidèle à l’ordre traditionnel et aux besoins primordiaux de l’homme, il incarne une idée substantielle du bien (version chrétienne). Son antilibéralisme se construit et se développe dans une critique de la tradition par le paradigme de l’économie et du progrès (version progressiste). Cette critique progressiste est remise en question par le marxisme (version marxiste). La version marxiste est critiquée à son tour grâce aux pensées de la tradition. L’écologie, ou pensée écologiste, est finalement une systématisation de cette dialectique critique entre tradition et progrès, qui se fonde sur un certain rapport (social et moral) à la nature.

Compte-rendu rédigé par Carlotta Gracci,
doctorante du GSRL


Programme de l’atelier du 15 Novembre

Le prochain atelier doctorant se tiendra le vendredi 15 Novembre.

Nous aurons l’occasion d’écouter dans un premier temps :

Ana Petrache à partir de 10h30 nous parler des  » catholiques français et le marxisme, le projet intellectuel de Gaston Fessard, SJ »

La seconde partie de notre atelier qui débutera à 14h sera consacrée en priorité à l‘accueil des nouveaux doctorants du GSRL, mais pas seulement puisque :

  • Laurence Mabit présentera le laboratoire et répondra à toutes vos questions concernant son organisation.
  • Puis nous accueillerons Danièle Breseghello et Martine Cohen qui nous présenteront l’histoire institutionnelle et l’évolution des thématiques analysées par notre laboratoire.

Enfin, comme il est de coutume au début de chaque année, je vous propose que nous allions prendre un verre de l’amitié à partir de 17h30-18h00 (pour que les doctorants étant pris la journée puissent nous rejoindre) au Must, qui se trouve à l’angle de la rue Pouchet et de la rue de la Jonquière.

Publication de l’ouvrage collectif « Nature et Religions »

Nous avons le grand plaisir de vous annoncer la publication de Nature et religions, aux Éditions du CNRS. Cet ouvrage collectif est constitué des actes du colloque de jeunes chercheurs « Ciel et Terre », qui s’était tenu en février 2012 au GSRL. Nous tenons à cette occasion à remercier chaleureusement l’ensemble des contributrices et contributeurs, ainsi celles et ceux qui nous ont offert leur confiance et leur soutien tout au long de ce travail.

Ludovic Bertina, Romain Carnac, Aurélien Fauches et Mathieu Gervais

6763-1632-Couverture

Sommaire

Préface – Catherine Larrère

Partie I : La construction religieuse de la nature

Introduction – Vincent Goossaert

Nature et spiritualité dans l’œuvre de Wu Yun (d. 778) : de la contemplation à la transformation – Olivier Boutonnet

La nature en prise de la surnature : les enjeux du rapport entre la nature et le culte ancestral à Madagascar – Delphine Burguet

La place des catastrophes naturelles dans les mandements épiscopaux en Lorraine au XVIIIe siècle – Sylvie Turchet

Partie II :  Science et désacralisation de la nature

Introduction – Jean-Paul Willaime

Dieu et la vapeur : la désacralisation de la mer à l’heure de la modernisation de la navigation – Nicolas Cochard

La relation Homme / Nature chez Marx, une analyse de Gaston Fessard – Ana Petrache

L’apothéose du monde dans la politique positive d’Auguste Comte – Tonatiuh Useche Sandoval

Partie III : Les religions contre la science ?

Introduction – Séverine Mathieu

La construction chrétienne du statut juridique de l’embryon au Costa Rica et  au Nicaragua – Laura Fuentes Belgrave

Féminisme islamique et écologie : rationalisation religieuse des discours contemporains sur les femmes et la nature – Marjorie Moya

L’argument naturaliste dans le discours du Vatican sur la différence entre les sexes (Jean-Paul II – Benoît XVI) – Romain Carnac

Repenser la technique pour répondre à la crise écologique : L’exemple du discours des papes de Paul VI à Benoit XVI – Ludovic Bertina

Partie IV :  Ecologie et religion

Introduction – Vincent Delecroix

Ésotérisme, nature et spiritualité. Variations autour de la notion d’« écologie spirituelle » – David Bisson

Le discours écologique de la Communauté du Christ, protestantisme libéral et progressiste avec le mormonisme en option – Chrystal Vanel

Les aspects écologiques dans la théologie de la libération latino-américaine – Luis Martínez Andrade

« S’inscrire dans la nature » : nature et sacralité chez les agriculteurs paysans – Mathieu Gervais

Postface – Philippe Portier

 

http://www.cnrseditions.fr/Sociologie–Ethnologie–Anthropologie/6763-nature-et-religions-sous-la-direction-de-ludovic-bertina-romain-carnac-aurelien-fauches-et-mathieu-gervais.html

 

 

Programme des Manifestations des Jeunes Chercheurs du GSRL, année 2013-2014

 20 septembre : Atelier doctorant du GSRL

  • 10h30 Mathieu Gervais : « Le progrès dans le mouvement paysan français: entre idéal et tradition 1960s-1970s. »

24 octobre : Séminaire des Post-doctorants du GSRL

  • 14h Romain Sèze : « Des luttes pour la reconnaissance à la production de la violence. Effets pervers des mobilisations entreprises au nom de l’islam en France ».                                    

25 octobre : Atelier doctorant du GSRL

  • 10h30 Romain Carnac: « L’Église catholique face à la problématique du genre (France, 1968-2013) ».
  • 14h Romain Carnac, Diletta Guidi : Mise en route du Carnet hypothèses.org

15 novembre : Atelier doctorant du GSRL

  • 10h30 Ana Petrache : « Les catholiques français et le marxisme, le projet intellectuel de Gaston Fessard, SJ »
  • 14h Laurence Mabit, Martine Cohen et Danièle Breseghello : Présentation de l’histoire du GSRL et accueil des nouveaux doctorants.

21 novembre : Séminaire des Post-doctorants du GSRL

  • 14h Alessandro Santagata : « Les catholiques italiens et la guerre du Vietnam. »

13 décembre : Atelier doctorant du GSRL

  • 10h30 Ludovic Bertina : « Devenir écologiste : l’appropriation du référent écologiste dans le discours et les pratiques des catholiques en France : une exquise de plan. »
  • 14h Kristina Kovalskaya : « Etudier les experts ? Une approche méthodologique. »

9 janvier : Séminaire des Post-doctorants du GSRL

  • 14h Fatiha Kaoues : « Les missionnaires confrontés à la violence (colonisation, impérialisme et violence « spirituelle ») »

17 janvier : Atelier doctorant du GSRL

  • 10h30 Saïd Chada : « Franc-maçonnerie dans le Bilad el Sham au 19e siècle : Quel impact sur le Christianisme et l’Islam ? »
  • 14h

14 février : Atelier doctorant du GSRL

14 mars : Atelier doctorant du GSRL

3 avril : Séminaire des post-doctorants du GSRL

  • 14h Sara Scholl : « Les rapports entre violence d’Etat et violence des catholiques à Genève durant le Kulturkampf (1870-1890) ».

11 avril : Atelier Doctorant du GSRL

14 mai : Journée d’étude des post-doctorants du GSRL.

23 mai : Journée d’étude « Les autorités religieuses face aux questions de genre » organisée par des doctorants du GSRL en partenariat avec l’EPHE et l’Institut Emilie Châtelet

15 mai : Atelier Doctorant du GSRL

13 juin : Atelier Doctorant du GSRL

Romain Carnac: « L’Eglise face à la problématique de ‘genre' »

La séance d’octobre du Séminaire des doctorants du GSRL fut l’occasion d’écouter Romain Carnac, qui engage sa quatrième année. Il nous a présenté le récent agencement de son plan de thèse, reflet d’une troisième évolution de son sujet de recherche, intitulé « L’Eglise face à la problématique de ‘genre’. Emergence, construction et diffusion du discours catholique sur les identités et les rôles de sexe (1968-2013) ». Après avoir introduit « la question du genre » comme « l’un des axes principaux du discours de l’Eglise catholique aujourd’hui », notamment en France où l’institution, agente principale d’une « contre-révolution sexuelle », affiche son anti-modernisme sexuel, Romain nous a précisé s’intéresser au genre comme « objet de controverse », sujet d’un « dialogue ininterrompu entre la pensée féministe et l’Eglise » dont il se donne à penser l’histoire, en trois étapes.

Un premier temps a été consacré à la construction du discours catholique sur ce thème, depuis la fin des années 1960 en France. Le surgissement au premier plan des thématiques de l’avortement et de la contraception radicalise l’opposition entre les mouvements féministes et l’Eglise, qui déplore la dissociation entre sexualité et procréation. Tout au long des années 1970 et 1980, l’institution n’a de cesse que d’affirmer l’existence d’une différence et d’une complémentarité entre les sexes à travers des discours sur l’homosexualité (dont la condamnation est renouvelée), la signification chrétienne du mariage ou le ‘génie de la femme’ (Jean-Paul II). Avec l’adoption du PACS et l’acceptation grandissante du « genre », la décennie suivante, l’autorité pontificale s’inquiète de plus en plus de ce terme et de ce qu’il recouvre en y voyant ‘une menace pour l’avenir de l’humanité’ (Benoît XVI, 2013) : elle appelle à une « écologie humaine » qui a pour mission la protection de la nature humaine, et des personnes les plus fragiles. A travers cette chronologie, Romain nous montre que le discours catholique s’accompagne d’un « engagement croissant dans le débat public », en parallèle d’un « éloignement continu » d’avec les positions de la plus grande partie des Français.

Dans un deuxième temps, c’est la réception du discours ecclésial et ses effets, identifiés comme des « ruptures et alliances », qui ont été présentés. Sur cette période et plus encore aujourd’hui, le catholicisme français est « éclaté », de nombreux fidèles prennent leurs distances vis-à-vis de la doctrine, au point pour certains de se désaffilier. D’autres persistent cependant à rester dans l’Église, en essayant de faire entendre leur opposition par le biais d’associations, de pétitions ou d’Internet, constituant, de fait, des « pôles d’autorité concurrents ». La « question du genre » a aussi eu pour effet, en plaçant les catholiques en situation de « minorité », de renforcer la cohésion entre ceux qui suivent la ligne du Vatican, le sentiment identitaire et l’unanimisme au niveau paroissial et épiscopal. Les autorités comme les fidèles s’associent à d’autres religions, dont le protestantisme à partir des années 1990, et plus tard, les cultes orthodoxes, juifs et musulmans, malgré des désaccords persistants. L’Eglise convoite aussi les « hommes de bonne volonté » non-croyants, en s’appuyant sur des arguments rationnels et des travaux scientifiques choisis. De manière plus surprenante, l’institution refuse toute alliance avec les partis politiques français qui tente de s’en rapprocher, et préfère se constituer en opposition métapolitique.

Enfin, Romain nous a présenté de manière synthétique le « palimpseste » politique de l’Eglise catholique : sous la critique du genre, celle de la démocratie et du libéralisme contemporains. En effet, l’autorité catholique s’oppose au principe d’autonomie ou de liberté à prétention totale de l’individu, ainsi qu’à « l’idée selon laquelle le critère de validité des normes serait le respect des procédures de délibération qui ont conduit à leur élaboration ». Ce sont les deux points cruciaux de la politique catholique qui restent pour le moins cachés derrière les arguments propres à la « controverse du genre ». Au final, en investissant le débat public, l’Eglise s’est donné les moyens, et de multiples occasions, de « se positionner comme un acteur de premier plan au sein du mouvement global de contestation qui traverse aujourd’hui les sociétés industrielles avancées ».

Carnet des doctorants du GSRL

Dans ce carnet, les doctorants du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (CNRS-EPHE, UMR 8582) présentent, au fil de l’avancement de leur travail de thèse, leurs réflexions.
Provenant d’horizons disciplinaires variés (sociologie, histoire, science politique, anthropologie, philosophie, droit), ils ont en commun de placer le fait religieux au centre de leur recherche.
Ce carnet permet aux participants et à toute personne intéressée de suivre l’activité de l’atelier des doctorants du GSRL.
Les comptes-rendus des séances, mais aussi le calendrier des réunions, des fiches de lectures d’ouvrages-clés, des bibliographies et les présentations individuelles des membres sont consultables sur le carnet. Il centralise également des informations à propos de l’actualité scientifique (événements, publications…) sur les questions religieuses, et des liens vers des sites internet en lien avec les sciences sociales des religions.