Sarah Scholl (Université de Genève) : Violences d’État et violences des catholiques à Genève durant le Kulturkampf (1870-1890)

Séminaire des post-doctorants du GSRL 2013-2014

« Religion et violence dans la modernité : approches théoriques, perspectives historiques et mutations contemporaines »

Jeudi 3 avril 2014, 14h-17h

salle 255

Après l’intervention et le débat,

la séance se poursuit avec un temps de discussion autour des activités des post-doc.

 

Violences d’État et violences des catholiques à Genève durant le Kulturkampf (1870-1890)


Sarah Scholl – Université de Genève

GSRL, Paris

 

Dans les années 1870-1890 à Genève, le conflit idéologique entre catholiques romains et libéraux anticléricaux se matérialise dans ce que l’on appelle le Kulturkampf. Le conflit conduit à l’adoption d’une nouvelle loi sur le culte catholique, imposant l’élection des ecclésiastiques par le peuple, et à l’expulsion du territoire suisse de Mgr Gaspard Mermillod. Chaque camp dénonce les violences de ses adversaires : refus du fonctionnement démocratique et désobéissances civiques pour les uns, confiscations d’églises, sacrilèges et destitutions de curés pour les autres. Les violences, dans ce cas, sont autant symboliques que matérielles et elles sont tant étatiques et policières que liées à des initiatives personnelles, voire associatives. L’analyse des acteurs, de leurs actions et de leurs discours permet de tracer une géographie physique et mentale des violences religieuses au 19e siècle en Europe. Quels sont les enjeux liés aux classes sociales, aux genres ou à une situation de concurrence ville-campagne ? Par le biais de la microhistoire, cette communication cherche ainsi à réfléchir aux éventuelles spécificités d’une violence liée à la religion par rapport à une autre. En quoi le religieux influence-t-il la nature des conflits ?

9ème Forum des Religions de Fribourg – Femmes et Islams

9ème FORUM DES RELIGIONS – 9. RELIGIONSFORUM

Fribourg, Université de Fribourg – Universität Freiburg
1- 2 – 3 mai 2014
 
FEMMES ET ISLAMS
Voir, lire, dire et vivre l’islam au féminin.
Regards croisés sur la Suisse
 
9ème Forum des religions – Université de Fribourg Suisse
Le 9 ème Forum des Religions est entièrement consacré aux femmes. Les trois jours du colloque Femmes et islams. Voire, lire, dire et vivre l’islam au féminin. Regards croisés sur la Suisse s’intéressent aux femmes musulmanes. Objets de débats contemporains parfois polémiques, les femmes, leurs pratiques identitaires et religieuses, mais également leurs mises en images sont au cœur de cette manifestation. En confrontant des points de vue de chercheur.e.s, de militant.e.s et d’artistes travaillant avec et sur les femmes musulmanes, ce Forum se propose de réfléchir de manière inédite aux nombreuses questions qui concernent les femmes en Islam.
 
1er Mai : Le colloque s’ouvre avec une journée consacrée à l’Art, à la mode et aux médias. Au cours de la première soirée, deux spectacles sont présentés au public fribourgeois : Manta : une performance sur le voile intégral de la chorégraphe Héla Fattoumi, et  FemmeS de couleurs, un show de Samia Orosemane, humoriste musulmane.
2 Mai : La deuxième journée est consacrée aux études scientifiques sur les féminismes islamiques. La soirée est dédiée au témoignage d’AminaWadud. Première femme à avoir dirigé une prière mixte, et professeure en études islamiques à l’Université du Commonwealth de Virginie, Amina Wadud est une féministe musulmane engagée.
3 Mai : L’analyse des parcours féminins et des engagements féministes se poursuit au cours de la troisième et dernière journée. 

Programme de l’Atelier du 14 Mars 2014

Notre prochain atelier se tiendra le Vendredi 14 Février. Nous écouterons :
– 10h30 : Yann Borjon-Privé : « A propos du système religieux dolgane (Arctique sibérien) : quelques représentations antérieures au XXè siècle. »

– 14h00 : Pierre Brasseur : « Marions-les ? Quand la société s’inquiète de la destinée amoureuse des infirmes ».

Compte rendu de l’intervention de Kristina Kovalskaya sur « Les discours d’experts du fait religieux et leur impact sur les pratiques confessionnelles en Russie depuis 1991: état des travaux »

Kristina Kovalskaya poursuit au doctorat les recherches qu’elle a entamées dans le cadre de son mémoire de Master sur l’état et la place de la religion en Russie depuis 1991. Elle s’intéresse cette fois au rôle et à l’influence des intellectuels et des experts russes dans la production de la connaissance sur la religion, voire des politiques publiques en la matière.  Il faut dire que la Russie postsoviétique offre un terrain d’étude des plus riches, au carrefour de plusieurs tendances religieuses et politiques: si l’héritage athéiste et fortement laïciste de la Russie soviétique se fait encore sentir, notamment dans la loi de 1990 « sur la liberté de confession » qui insiste sur le caractère laïque de l’État russe, la loi de 1997 « sur la liberté de conscience et les associations religieuses » nomme explicitement quatre religions historiques (Christianisme, Islam, Boudhisme et Judaïsme), tout en « reconnaissant » la place priviligée de l’Église orthodoxe dans l’histoire et la culture russes. S’agit-il pour autant là du fameux « retour de la religion » que plusieurs voient à l’œuvre dans les anciens pays de l’URSS ? Chose certaine, d’expliquer Mlle Kovalskaya, la religion est désormais au cœur des débats politiques et de la construction identitaire des Russes orthodoxes et musulmans. Ceux-ci, que soit par le biais d’organisations militantes ou par l’entremise de leurs églises, font entendre plus fortement leurs voix et leurs préoccupations depuis quelques années.

Entre sécularisation et désécularisation, entre laïcité et identité, entre orthodoxie, Islam et minorités religieuses, entre État et société civile, les intellectuels et experts contribuent à définir la place et la hiérarchie des religions en Russie. Qu’ils soient chercheurs ou journalistes, employés de l’État ou du privé, slavophiles ou pro-européens, insérés dans divers réseaux aux ressources et aux stratégies variées, leur étude, Mlle Kovalskaya nous en a convaincu, est essentielle pour comprendre les débats, transformations et évolutions du fait religieux dans la Russie contemporaine.

 

Jean-François Laniel

 

16 février 2014