Compte-rendu de l’intervention de Saïd Chaaya sur la franc-maçonnerie dans le Bilad el Sham au 19e siècle : Quel impact sur le Christianisme et l’Islam ?

Les travaux de Saïd Chaaya portent sur l’influence de la franc-maçonnerie dans le Bilad el Sham au XIXème siècle, et son impact sur le Christianisme et l’Islam.

Retraçant le parcours de missionnaires protestants débarqués sur les terres libanaises à la faveur des grandes réformes libérales de 1840 et 1861 qui posent les bases d’un système politique où sont reconnus l’égalité entre les confessions historiques (chrétiens druses, maronites, et musulmans), Saïd met en lumière les changements intervenus à la faveur de ces arrivées : généralisation de l’enseignement, favorisation de la mixité sociale, révolution linguistique à travers la diffusion de l’arabe, reconnaissance de l’œcuménisme au niveau étatique, diffusion de la science moderne, notamment par la vulgarisation des thèses de Darwin par Thomas Huxley, enfin acculturation des idées de la révolution française qui s’observe dans l’autonomie accordée par l’Empire à la région du Mont Liban.

En observant la présence de franc-maçons issus des loges écossaises dans ce corps de missionnaires et sa relative expansion dans l’élite de l’Empire Ottoman à partir de la création de la loge Palestine en 1861, Saïd souligne le rôle moteur de ce corps et de ces idéaux dans le changement observé dans la région.

Ludovic Bertina

Programme de l’Atelier du 17 Janvier

Notre prochain atelier se tiendra le Vendredi 17 Janvier. Nous écouterons :
– Saïd Chaaya à partir de 10h30 : « Franc-maçonnerie dans le Bilad el Sham au 19e siècle : Quel impact sur le Christianisme et l’Islam ? »
– Puis Laura Steil, à partir de 14h, nous parlera des démarches pour effectuer un échange et trouver un post-doc dans une université américaine.

Religion et immigration aux Etats-Unis

Présentation des travaux de Salim del Cristo Tobias Perez

1)    Quel est ton sujet de thèse ? 

RELIGION ET IMMIGRATION AUX ÉTATS-UNIS.

Le rôle de la paroisse notre dame de lourdes (New York) dans l’intégration des hispaniques dominicains. 

2) Pourquoi as-tu choisi de travailler sur cette question ?

Mon propos se situe dans l’importance de mon expérience de quatre années comme prêtre catholique responsable auprès des émigrés hispaniques catholiques dominicains installés dans la paroisse Notre Dame de Lourdes dans le quartier de Washington Heights à New York et le désir d’en rendre compte. Ceci à partir d’une condition de réalisme. Il s’agit de reproduire avec un regard de vérité les pratiques quotidiennes et le vécu de ces immigrants hispaniques dominicains.

3) Peux-tu nous parler d’un texte / un auteur / un concept / une méthodologie / etc. que tu mobilises dans ta recherche ?

Pour surmonter une véritable intimité, inacceptable d’un point de vue déontologique[1], nous adoptons dans notre étude une méthodologie qualitative élaborée sur l’approche interdisciplinaire et d’observation participante.  Nous allons trouver les traces de plusieurs types de phénomènes sur l’immigration hispanique aux États-Unis à partir de diverses disciplines de sciences humaines, (histoire, sociologie, ethnologie, anthropologie, philosophie), afin d’articuler un dialogue entre les unes et les autres et en nous efforçant de promouvoir un comparatisme permettant de faire ressortir invariants ou spécificités.

Dans la perception individuelle et collective du religieux, toutes les méthodologies ont leurs « particularités ».  Notre travail entend refléter certains aspects inhérents à la paroisse NDL. L’échantillon n’a donc pas été choisi au hasard, il était intentionnellement dirigé vers ceux qui travaillaient déjà dans une forme de vie et d’organisation, c’est-à-dire vers les paroissiens visibles et accessibles, des personnes responsables dans des différentes équipes de services pastoraux diocésains et paroissiales (équipe d’accueil, liturgique, pastorale, catéchétique, économique, le secrétariat, etc.)

Les personnes interrogées ont été choisies en fonction d’une liste bien définie d’adresses des 468 inscrits dans la paroisse parmi lesquelles 378 femmes. Parce qu’il était impossible d’interviewer tout le monde, nous avons réalisé 126 entretiens, des témoins divers par l’âge, de 18 et plus, par génération migratoire, 77 adultes de la première génération dont on compte 45 femmes ; 33 adultes de la deuxième nés en République dominicaine dont on compte 20 femmes ; 8 nés aux États-Unis (6 femmes), et 8 adultes de la troisième génération (2 femmes).

Nous avons interrogé également 10 prêtres, un évêque, 3 pasteurs protestants et la directrice de l’école paroissiale, exerçant leurs fonctions avec des communautés hispaniques.

Tobias Perez Salim del Cristo

[1] Voir, sur ce point, Rodolphe Ghiglione et Benjamin Matalon, Les enquêtes sociologiques, théories et pratiques, Paris, Armand Colin, 2008, p, 15.