Présentation de Mathieu Gervais “Histoire et sources de l’imaginaire paysan dans la pensée écologiste”

Séminaire des doctorants du GSRL – Séance du 20/9/2013

Compte rendu de la présentation de Mathieu Gervais, doctorant en 4ème année sous la direction de Philippe Portier.

Mathieu prépare une thèse sur l’engagement paysan en faveur de l’écologie, à partir d’une enquête de terrain sur les paysans français contemporains et d’une recherche sur l’histoire de l’imaginaire et des configurations idéologiques que la paysannerie recouvre dans la pensée écologiste. Prenant « l’écologie comme dernière fille d’un courant critique de la modernité » Mathieu souhaite à la fois saisir la manière dont elle s’incarne dans une population contemporaine (les paysans écologistes français) que retracer les discours développés sur eux dans l’histoire de la pensée politique. Laissant de côté l’observation et l’analyse des pratiques des paysans qui se trouve dans la deuxième partie de sa thèse, il a choisi de nous présenter ici les premiers déroulements contenus dans sa première partie. Reconstruisant le passé de l’histoire paysanne, Mathieu nous a demandé d’être attentifs à la clarté du propos et au fil qu’il cherche à tisser entre sa population d’enquête et le passé à laquelle elle se rattache : marque-t-elle « fidélité à une lignée (réelle ou imaginée) d’agriculteurs-paysans » ?

Dans l’heure et demi de temps de son exposé, Mathieu s’est donc concentré sur l’histoire et les sources de la figure du paysan et de la paysannerie : les réflexions politiques et philosophiques des auteurs qui l’ont écrite s’entrelacent aux évènements sociaux successifs. Plusieurs mythologies, discours, imaginaires se succèdent. Les voici résumés schématiquement.

Fin du XIXe siècle et jusqu’à la seconde guerre mondiale, la paysannerie se pense et est pensée dans le mythe de la « nation paysanne » qui se fonde sur un « consensus agrarien » : pour les catholiques comme pour les républicains, le paysan incarne une figure d’ordre et de moralité, par opposition à celle de l’ouvrier. Ancré dans son terroir, travailleur docile ou dévot discipliné, le paysan est au service du dessin de la Nation ou de celui de la Foi. Les revendications paysannes se déclinent dès lors autour de la recherche d’unité et de stabilité, voire de préservation face à un modèle urbano-industriel qui est rejeté. Aux marges de ce consensus, émergent également des versions hétérodoxes de cette conception du paysan « figure de fidélité et d’ordre » (à la fois dans les cercles d’obédience religieuse que dans ceux d’obédience laïque/nationaliste).

Avec la deuxième guerre mondiale, suite à la défaite de la France et sous le gouvernement de Vichy, les discours sur la paysannerie développent l’idéologie du « retour à la terre ». Ce « régime de vérité » est basé sur une vision conservatrice ; vision centrée sur le travail de la Terre comme “cure morale”, elle hausse la figure du paysan et du monde rural à un idéal de vie où se conjugue satisfaction des besoins alimentaires à ceux spirituels.

Les années 40 annoncent le début d’une rupture dans le « consensus agrarien ». Elle se marque d’une part dans des transformations profondes dans l’organisation du travail paysan et du contexte économique (en dehors du champ agricole), et d’autre part dans les discours autour de la fin de la « nation paysanne ». Des notions nouvelles heurtent et questionnent à nouveaux frais le consensus antilibéral de la période précédente : le « progrès » (économique/social/moral), l’économie de marché (entrepreneuriale/industrielle), la production (planifiée/coopérative), etc… Plusieurs modèles politiques et idéologiques prennent ainsi forme et repensent les conditions de l’autonomie du paysan par rapport aux contraintes (la nature, le travail, la technique) à l’intérieur d’un paradigme économique renouvelé. Ce foisonnement d’approches et d’ « écoles de pensée », que Mathieu replace à chaque fois dans leur contexte d’émergence, débouche sur des modèles d’organisations du système agraires différents et parfois opposés (corporatisme, capitalisme, planisme, communisme, coopérativisme, etc…) : la figure du paysan, jadis unitaire, s’en trouve floutée.

Elle reprend force dans les années 60, époque où des réformes et des désaccords au sein du syndicalisme paysan vont de pair avec l’éclatement du « compromis personnaliste » dominant dans le camp progressiste (c’est-à-dire l’idée selon laquelle le progrès technique est au service du progrès humain). La détérioration des conditions des travailleurs paysans (endettement sans augmentation des revenus, libéralisation des marchés) des décennies 60-70 accentue les dissensions entre une tendance réformiste et une autre, révolutionnaire et marxiste. La figure du paysan est reconduite : le paysan-travailleur, qui est du « bon côté de la lutte des classes », se démarque dans cette nouvelle lecture par opposition au courant qui l’engloutit dans la course effrénée au progrès. De plus, le progrès humain (social) et l’idéal humaniste (voire chrétien) ne sont pas évacués pour autant : grâce à l’analyse marxiste le changement de société, couplé à un changement moral, devient possible. Dans cette pensée d’alliage catho-marxiste qui récuse le réformisme, le travailleur-paysan n’est plus opposé au citadin ou à l’ouvrier, mais au capitalisme. Enfin, une spécificité de « l’être paysan » subsiste et le distingue par rapport aux autres travailleurs : l’agriculture est dictée par des rythmes différents (naturels/surnaturels ?) qui rendent son activité incommensurable et incompatible avec ceux de l’industrie.

En conclusion, l’imaginaire du paysan navigue dans plusieurs univers sémantiques et politiques, qui se succèdent et s’entrelacent. Antilibéral, le paysan est fidèle à l’ordre traditionnel et aux besoins primordiaux de l’homme, il incarne une idée substantielle du bien (version chrétienne). Son antilibéralisme se construit et se développe dans une critique de la tradition par le paradigme de l’économie et du progrès (version progressiste). Cette critique progressiste est remise en question par le marxisme (version marxiste). La version marxiste est critiquée à son tour grâce aux pensées de la tradition. L’écologie, ou pensée écologiste, est finalement une systématisation de cette dialectique critique entre tradition et progrès, qui se fonde sur un certain rapport (social et moral) à la nature.

Compte-rendu rédigé par Carlotta Gracci,
doctorante du GSRL


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search