Deux nouveaux docteurs au GSRL

Muhammad TOUSEEF a brillamment soutenu, lundi 03 février, sa thèse sur : ” Les Rituels soufis à Multan du XIXe siècle à nos jours : une étude du Sharh Mufaṣṣal Qawl-i Faṣl fī al-Bay‘a wa al-Samāʿ de Maulānā ʿUbaydullāh Multānī (m.1305/1888) et son héritage aujourd’hui “, sous la direction de Thierry Zarcone.

Son étude traite des rituels soufis à Multan pratiqués par l’ordre Chishtiyya ʿUbaydiyya à partir du 19ème siècle jusqu’à nos jours. S’appuyant sur un traité composé par ʿUbaydullāh Multānī, le maître éponyme, l’étude explore à la fois le bayʿa (rituel d’initiation) et le samāʿ (concert spirituel) selon la perspective doctrinale de l’auteur et du point de vue pratique des shaykhs chishtis ʿUbaydī contemporains. Elle analyse en détail la conception que se fait ʿUbaydullāh du bayʿa et du samāʿ dans son traité. Pour ce faire, Muhammad s’est efforcé de restaurer le Sharḥ Mufaṣṣal Qawl-i faṣl fi l-Bayʿa wa-l-Samāʿ par une étude approfondie de son manuscrit. Le Sharḥ Mufaṣṣal est l’une des oeuvres les plus significatives de ʿUbaydullāh dans laquelle il tente de réinterpréter les règles et règlements de bayʿa et de samā de manière à intégrer la sharīʿa à la ṭarīqat.

Kristina KOVALSKAYA, a elle-aussi brillamment soutenue vendredi 07 février sa thèse intitulée : ” Sainte Connaissance ? Faire de l’expertise des religions en Russie postsoviétique “, sous la direction de Philippe Portier et Stéphane Dudoignon

La relation entre le savant et le politique constitue une problématique classique en sociologie. Cette étude y contribue, en examinant la question de l’expertise du fait religieux dans la Russie contemporaine. Relativement peu étudiée, la construction du savoir sur le religieux participe à la création des croyances politiques. En Russie contemporaine, ce processus est marqué par les contraintes imposées aux experts par la présence de l’Église orthodoxe russe dans l’espace public dont le rôle est prédominant, et par la lutte contre le terrorisme associée aux acteurs religieux, essentiellement musulmans. L’autonomie de l’expert devient alors problématique et doit faire l’objet d’une réflexion. À travers une étude des archives de la période soviétique et une enquête sociologique majoritairement qualitative, Kristina a exploré les milieux des experts du religieux, le contenu de leurs productions et l’application de leurs expertises dans des situations variées, comme leur utilisation au sein d’un tribunal, leur diffusion par les médias ou leur exploitation par des commissions d’État sur les affaires religieuses. L’enquête montre que le pouvoir russe, malgré le contrôle souverain qu’il souhaite exercer sur les intellectuels et la production des savoirs, a besoin de légitimer ses décisions concernant le domaine religieux par le savoir académique.

 

Bienvenu aux deux nouveaux docteurs au sein du groupe des docteurs associés au GSRL, où ils pourront désormais poursuivre leur travail de recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.