Compte rendu de l’intervention de Kristina Kovalskaya sur « Les discours d’experts du fait religieux et leur impact sur les pratiques confessionnelles en Russie depuis 1991: état des travaux »

Kristina Kovalskaya poursuit au doctorat les recherches qu’elle a entamées dans le cadre de son mémoire de Master sur l’état et la place de la religion en Russie depuis 1991. Elle s’intéresse cette fois au rôle et à l’influence des intellectuels et des experts russes dans la production de la connaissance sur la religion, voire des politiques publiques en la matière.  Il faut dire que la Russie postsoviétique offre un terrain d’étude des plus riches, au carrefour de plusieurs tendances religieuses et politiques: si l’héritage athéiste et fortement laïciste de la Russie soviétique se fait encore sentir, notamment dans la loi de 1990 « sur la liberté de confession » qui insiste sur le caractère laïque de l’État russe, la loi de 1997 « sur la liberté de conscience et les associations religieuses » nomme explicitement quatre religions historiques (Christianisme, Islam, Boudhisme et Judaïsme), tout en « reconnaissant » la place priviligée de l’Église orthodoxe dans l’histoire et la culture russes. S’agit-il pour autant là du fameux « retour de la religion » que plusieurs voient à l’œuvre dans les anciens pays de l’URSS ? Chose certaine, d’expliquer Mlle Kovalskaya, la religion est désormais au cœur des débats politiques et de la construction identitaire des Russes orthodoxes et musulmans. Ceux-ci, que soit par le biais d’organisations militantes ou par l’entremise de leurs églises, font entendre plus fortement leurs voix et leurs préoccupations depuis quelques années.

Entre sécularisation et désécularisation, entre laïcité et identité, entre orthodoxie, Islam et minorités religieuses, entre État et société civile, les intellectuels et experts contribuent à définir la place et la hiérarchie des religions en Russie. Qu’ils soient chercheurs ou journalistes, employés de l’État ou du privé, slavophiles ou pro-européens, insérés dans divers réseaux aux ressources et aux stratégies variées, leur étude, Mlle Kovalskaya nous en a convaincu, est essentielle pour comprendre les débats, transformations et évolutions du fait religieux dans la Russie contemporaine.

 

Jean-François Laniel

 

16 février 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.